En lumière

Les Rueillois associés, 1ère partie : premier élan XIXe s.-1e moitié XXe s.

Les associations sont les témoins des époques et des lieux. Il s'agit de groupement de personnes volontaires réunies autour d’un projet commun ou partageant des activités. Elle peut avoir des buts très divers (sportif, défense des intérêts des membres, humanitaire, promotion d’idées ou d’œuvres…).



Par Julie VAVON, archiviste


La liberté d’association n’a été réellement acquise qu’avec la loi Waldeck-Rousseau du 1er juillet 1901 sur le contrat d’association. En effet, sous l'Ancien Régime, les monarques successifs se méfient de ces réseaux organisés susceptibles de constituer des contre-pouvoirs. L'attitude de l'autorité royale varie entre la mise sous tutelle des associations dont elle reconnaît l'utilité et la répression de celles susceptibles de représenter une menace. A la Révolution, l'Assemblée nationale dissout toutes les communautés religieuses, d'habitants, de métiers, les collèges, les hôpitaux, les confréries charitables, les congrégations, parfois très anciennes. Pourtant, et malgré les répressions, pendant tout le XIXe siècle, les loges de franc maçonnerie, les clubs politiques, les syndicats patronaux et même les associations populaires ou d'ouvriers se multiplient.  Le débat sur la liberté d'association se développe dans les milieux intellectuels et au parlement. Votée le 1er juillet 1901, la loi consacre le droit de toute personne en mesure de contracter de s’associer sans autorisation préalable. Les seules limites concernent « un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes mœurs, ou qui aurait pour but de porter atteinte à l'intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement ». Mais qu’en est-il sur le territoire de Rueil-Malmaison ?


Les patronages et mutualités

Le premier personnage important dans l'histoire des associations de Rueil est le curé Hubert Faivre. Il arrive en 1909 pour prendre la direction de la paroisse. Il crée alors plusieurs associations afin d'occuper la jeunesse rueilloise. Il crée ainsi l'Alliance catholique de Rueil, dont le but est de soutenir les œuvres de la paroisse. Il fonde ensuite le Cercle d’Études Saint-Pierre-Saint-Paul, organe de réflexion qui étudie les questions religieuses et sociales. Puis en 1910, vient le Cercle Saint-Louis, qui est un lieu de rencontre et d'amitié à la cité paroissiale, au 10 boulevard des Ormes (boulevard de Gaulle).


L'abbé Faivre donne ensuite une impulsion décisive aux « patronages » recevant les enfants le jeudi après-midi (jour de congés scolaires). Ce sont lespatronages Saint-Joseph pour les garçons et Marguerite-Marie pour les filles. Il est aussi à l'origine de trois associations en 1910 qui débordent du cadre religieux. Les deux plus connues sont la Caisse ouvrière et philanthropique de Rueil, dont le but et de prêter aux artisans, aux petits commerçants et aux ouvriers une petite somme leur permettant de réaliser une acquisition. Et l'Hortensia, société de gymnastique, clairons et tambours et préparation militaire.


Le deuxième grand courant associatif de ce début de siècle est la mutualité.  Ce sont des associations dont le but était d'assurer à leurs membres des prestations dans les branches de la maladie, l'accident, la vieillesse ou la mort.  A cette époque, la protection sociale reste encore embryonnaire et la timide loi du 5 avril 1910 sur les retraites obligatoires des employés, ouvriers et domestiques à partir de 65 ans entre lentement en application et laisse encore le travailleur désarmé devant les risques de l'existence. Cet immense secteur de la protection sociale est donc couvert par l'initiative privé. Et chaque étape de la ville possède sa mutualité. A Rueil, on en dénombre 6. Pour les jeunes, la Dotation de la jeunesse constitue une dot versée aux jeunes filles au mariage ou à la majorité et aux jeunes hommes à la majorité ou au retour de service militaire. Pour la maternité, la Mutualité maternelle, section de Rueil, est créée en 1907. Elle indemnise les femmes en couches pour qu'elles s'abstiennent de travailler pendant quatre semaines et surveille la santé des jeunes enfants. Le risque de maladie est couvert par la Société de secours mutuel Saint-Pierre de Rueil. Fondée en 1853, son siège social était à la mairie. Elle réunissait 587 membres et couvre, en-dehors du risque maladie, le risque décès, l’invalidité et assure une retraite à ses sociétaires ayant au moins 25 ans de cotisation. Le décès est aussi couvert par le Denier de la veuve de Rueil (400 adhérents) et la France prévoyante (fondée en 1886). Enfin, les retraites sont assurées par les Prévoyants de l'Avenir, qui ouvre une section à Rueil en 1901.


1_acrm_1.jpg - <p class="description">ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926</p>

ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926

1_acrm_2.jpg - <p class="description">ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926</p>

ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926


1_acrm_3.jpg - <p class="description">ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926</p>

ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926

1_acrm_4.jpg - <p class="description">ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926</p>

ACRM, Annuaire officiel de Rueil-Malmaison, 1926


 

 

 


Après la Première Guerre mondiale

La Grande Guerre (1914-1918) marque considérablement les esprits et, à la fin de la guerre, deux sentiments coexistent : le devoir de mémoire et la volonté de retrouver le sourire.

Pour ce devoir de mémoire, on note l'existence de plusieurs associations d'anciens combattants, elles-mêmes divisées en deux groupes. Celles qui existent avant la guerre de 1914 : le Souvenir français, la toute première association fondée au XXe siècle à Rueil (sa création date du 6 décembre 1901 – son siège social est à la Mairie – son but est d’entretenir les tombes des militaires et marins morts pour la patrie), l'Association des anciens sous-officiers des armées de terre et de mer (qui garantit des indemnités a ses sociétaires en cas d'accident et de maladie et leur constitue une retraite), l'Union Fraternelle des anciens combattant de 1870-1871.

Le groupe des associations fondées après la guerre est composé d'Aide et protection (société nationale de secours mutuel des mutilés, blessés et anciens de la Grande Guerre), de l’Amicale des anciens combattants de Rueil et de Buzenval (fondé en 1919), de l’Association générale des mutilés de la guerre (reconnue d’utilité publique), et de l'Union nationale des combattants (la section de Rueil a été fondée en 1920 et son siège est alors à la mairie).


2_acrm_1i11.jpg - <p class="description">ACRM, 1I11 : Lettre de l’Union des anciens combattants de Rueil-Malmaison à M. le Maire Filliette  quant à l’organisation du défilé du 11 novembre, 6 novembre 1935</p>

ACRM, 1I11 : Lettre de l’Union des anciens combattants de Rueil-Malmaison à M. le Maire Filliette quant à l’organisation du défilé du 11 novembre, 6 novembre 1935


 

 

 


Enfin, l'Union des anciens combattants, mutilés, reformés et victimes de la guerre (qui a été créée le 11 novembre 1923 et dont le siège est lui aussi à la mairie).


3_mrm_16491b.jpg - <p class="description">MRM-16-491-B : photographie de groupe de l'Union des Anciens combattants et mutilé, fin des années 1930</p>

MRM-16-491-B : photographie de groupe de l'Union des Anciens combattants et mutilé, fin des années 1930

4_acrm_2i16.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16 : Lettre de l'Union des anciens combattants, mutilés, réformés et victimes de la guerre remerciant M. le Maire Pourtout, de l'aide matérielle de la Mairie pour la tenue du Congrès, 16 mai 1949</p>

ACRM, 2I16 : Lettre de l'Union des anciens combattants, mutilés, réformés et victimes de la guerre remerciant M. le Maire Pourtout, de l'aide matérielle de la Mairie pour la tenue du Congrès, 16 mai 1949


 

 

 


Au total, en 1926, Rueil compte 9 sociétés d'anciens combattants. On retrouve ces associations lors de toutes les commémorations militaires.


5_acrm_1i18.jpg - <p class="description">ACRM, 1I18, Invitation pour la Grande Fête Républicaine et militaire du 30 mai 1909, organisée par la Mairie, 1909</p>

ACRM, 1I18, Invitation pour la Grande Fête Républicaine et militaire du 30 mai 1909, organisée par la Mairie, 1909

6_acrm_1i18.jpg - <p class="description">ACRM, 1I18, Affiche de la Grande Fête Républicaine et militaire du 30 mai 1909, organisée par la Mairie, 1909</p>

ACRM, 1I18, Affiche de la Grande Fête Républicaine et militaire du 30 mai 1909, organisée par la Mairie, 1909


 

 

 


Le retour de la joie

Mais les Rueillois veulent aussi retrouver la joie de vivre, après ces quatre années. C'est pourquoi ils se tournent vers des associations festives. Leurs noms sont évocateurs : les Amis de la gaieté, le Cercle de la gaieté (société artistique de divertissements, créée en 1922, dont la vocation est d'après ses statuts de « se recréer et prélever quelque chose sur son plaisir pour les malheureux »), ou la Gaieté rueilloise.

L’Alliance rueilloise, une fanfare de trompette fondée en 1911, reprend du service. Elle organise de nombreux concerts dans les différents quartiers de la ville où le public a le plaisir d'applaudir des nouveaux éléments de trompettes à pistons, tenus par de jeunes élèves, et dont un grand nombre de morceaux sont de la composition du Président-Directeur.


7_acrm_2i16.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16, statuts de l'Alliance Rueilloise, édition 1920</p>

ACRM, 2I16, statuts de l'Alliance Rueilloise, édition 1920

8_acrm_2i16.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16 : carte de meilleurs vœux de l'Alliance Rueilloise, s.d.</p>

ACRM, 2I16 : carte de meilleurs vœux de l'Alliance Rueilloise, s.d.


9_mhl.jpg - <p class="description">MHL, photographie représentant l'Alliance Rueilloise, s.d.</p>

MHL, photographie représentant l'Alliance Rueilloise, s.d.

10_acrm_1i20.jpg - <p class="description">ACRM, 1I20 : invitation de M. Piesse à la Grande soirée théâtrale organisée par la Municipalité au profit des Œuvres de Bienfaisance, salle du Casino avec le « gracieux concours de l'Avenir Artistique et de l'Harmonie les Enfants de Rueil » au programme pièce en 3 acte de Romain Coolus, Les Roses Rouges, 30 janvier 1935</p>

ACRM, 1I20 : invitation de M. Piesse à la Grande soirée théâtrale organisée par la Municipalité au profit des Œuvres de Bienfaisance, salle du Casino avec le « gracieux concours de l'Avenir Artistique et de l'Harmonie les Enfants de Rueil » au programme pièce en 3 acte de Romain Coolus, Les Roses Rouges, 30 janvier 1935


11_acrm_1i20.jpg - <p class="description">ACRM, 1I20 : lettre de Monsieur Ménard, président de  L'Alliance Rueilloise, qui donne son accord au Maire de Rueil pour participer à la retraite aux flambeaux – cérémonies patriotiques du 13 juillet 1933, 7 juillet 1933</p>

ACRM, 1I20 : lettre de Monsieur Ménard, président de L'Alliance Rueilloise, qui donne son accord au Maire de Rueil pour participer à la retraite aux flambeaux – cérémonies patriotiques du 13 juillet 1933, 7 juillet 1933


 

 

 


L'Harmonie des enfants de Rueil (1886) compte, quant à elle, 35 membres et participe aux fêtes de bienfaisance tout autant qu'aux fêtes patriotiques, mais aussi aux commémorations historiques qui rappelaient plusieurs événements ayant marqué Rueil : Richelieu, le défilé Joséphine etc.


12_acrm_2i16.jpg - <p class="description">ACRM, 2I 16 : statuts de l'association l’Harmonie des enfants de Rueil, édition 1911</p>

ACRM, 2I 16 : statuts de l'association l’Harmonie des enfants de Rueil, édition 1911

13_mhl.jpg - <p class="description">MHL, photographie de l'Harmonie aux enfants de Rueil lors de la Fête de la place des petits champs, 1936</p>

MHL, photographie de l'Harmonie aux enfants de Rueil lors de la Fête de la place des petits champs, 1936


14_mhl.jpg - <p class="description">MHL, carte de sociétaire de l'Harmonie des enfants de Rueil de Monsieur Konneradt, s.d.</p>

MHL, carte de sociétaire de l'Harmonie des enfants de Rueil de Monsieur Konneradt, s.d.

15_acrm_2i16.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16 : Affiche Concert public de l'Harmonie de Rueil, place Jean Jaurès du 21 juin 1955</p>

ACRM, 2I16 : Affiche Concert public de l'Harmonie de Rueil, place Jean Jaurès du 21 juin 1955


 

 

 


L'Avenir Artistique est une société théâtrale lyrique et dansante fondée en 1924 dont le siège social se situe alors au 152 avenue Paul Doumer.


16_acrm_1i21_1.jpg - <p class="description">ACRM, 1I21 : Lettre du président de l'Avenir Artistique, Georges Lecointe, quant à leur implication dans la soirée de Gala organisée par la Municipalité au profit des Œuvres d'assistance de la ville du 17 juin 1936 au Casino rue des Petits-Champs : chants, comédie, danse, représentation théâtrales Les Femmes savantes, 4 juin 1936</p>

ACRM, 1I21 : Lettre du président de l'Avenir Artistique, Georges Lecointe, quant à leur implication dans la soirée de Gala organisée par la Municipalité au profit des Œuvres d'assistance de la ville du 17 juin 1936 au Casino rue des Petits-Champs : chants, comédie, danse, représentation théâtrales Les Femmes savantes, 4 juin 1936

16_acrm_1i21_2.jpg - <p class="description">ACRM, 1I21 : Lettre du président de l'Avenir Artistique, Georges Lecointe, quant à leur implication dans la soirée de Gala organisée par la Municipalité au profit des Œuvres d'assistance de la ville du 17 juin 1936 au Casino rue des Petits-Champs : chants, comédie, danse, représentation théâtrales Les Femmes savantes, 4 juin 1936</p>

ACRM, 1I21 : Lettre du président de l'Avenir Artistique, Georges Lecointe, quant à leur implication dans la soirée de Gala organisée par la Municipalité au profit des Œuvres d'assistance de la ville du 17 juin 1936 au Casino rue des Petits-Champs : chants, comédie, danse, représentation théâtrales Les Femmes savantes, 4 juin 1936


 

 

 


On peut citer également la Société de la cuillère à moutarde Rueilloise en date de 1922. Leur but étant basé sur les principes suivants : excursions, dîner et jubilés, promenade en famille et réunions récréatives pour distraire les habitants. Ou encore Les Amis de la Rampe : groupement artistique et littéraire située 18 boulevard du Maréchal Foch.


17_acrm_2i16.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16 : Lettre de Les Amis de la Rampe à M. le Maire, remerciements d'être venu à leur représentation à l’Étoile - « vous avez pu constater l'effort que nous faisons pour donner des spectacles intéressants et irréprochables au pont de vue moral ; c'est là le but que nous poursuivons » 17 novembre 1935</p>

ACRM, 2I16 : Lettre de Les Amis de la Rampe à M. le Maire, remerciements d'être venu à leur représentation à l’Étoile - « vous avez pu constater l'effort que nous faisons pour donner des spectacles intéressants et irréprochables au pont de vue moral ; c'est là le but que nous poursuivons » 17 novembre 1935


 

 

 


Les corporations professionnelles

Le mouvement associatif rueillois des années 20 et 30 est également marqué par la création massive des corporations professionnelles, ébauche du monde syndical. Le monde ouvrier, certains corps de métiers  s'organisent pour défendre leur droit. Par exemple, on voit apparaître à Rueil-Malmaison un Syndicat du Bâtiment, un Syndicat des Coiffeurs. Ou bien, le Syndicat des Cultivateurs, et le Syndicat des Maîtres Blanchisseurs qui disposent de leur siège social en Mairie.

La Maison du Peuple est créée en 1922. Malgré ses liens avec la CGT, ses statuts indiquent que toute discussion politique ou religieuse est interdite au sein du Conseil d’Administration. Elle se donne sept buts : pourvoir gratuitement au placement des Travailleurs, faciliter et étendre l'organisation ouvrière sous toutes ses formes, au moyen de Conférences éducatives, veiller à l'application des lois ouvrières et d'en signaler les infractions  à l'Inspection du Travail, organiser un service de consultations juridiques au profit des travailleurs, soutenir les Sections, Groupes ou Syndicats dans les conflits locaux entre le capital et le travailleur, créer une Bibliothèque éducative et gratuite à la disposition des adhérents, et enfin une garderie d'enfant.


18_acrm_2i16_1.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16 : statuts de La Maison du Peuple, 1922</p>

ACRM, 2I16 : statuts de La Maison du Peuple, 1922

18_acrm_2i16_2.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16 : statuts de La Maison du Peuple, 1922</p>

ACRM, 2I16 : statuts de La Maison du Peuple, 1922


 

 

 


On note pareillement la présence de l’Union des commerçants des Marchés de Rueil-Malmaison.


19_acrm_2i16.jpg - <p class="description">ACRM, 2I16 : tract de l'Union des commerçants des Marchés de Rueil- Malmaison   pour leur réunion corporative du 3 juillet  1933</p>

ACRM, 2I16 : tract de l'Union des commerçants des Marchés de Rueil- Malmaison pour leur réunion corporative du 3 juillet 1933


 

 

 


Le guide officiel de Rueil-Malmaison en date de 1937 fait mention de plusieurs sociétés de « secours mutuel » : St Pierre mentionné précédemment, le secours mutuel Bauchet, des policiers, des sapeurs-pompiers, des artisans, de l'Union des gaz.


Les associations de quartiers

Ce sont les précurseurs des syndicats d'initiatives. Tous ont pour but la défense des intérêts économiques des différents quartiers. Leurs noms sont évocateurs : le Syndicat des Houtraits-Bas Rosiers-Mont-Valérien, le Groupe de  Défense des intérêts du quartier de la Gare, le Syndicat d’initiative des quartiers Chevrémonts-Paradis-Sorins, le Groupe de Défense des intérêts de la Plaine, le Groupe de défense des intérêts du quartier des Graviers-Souffrettes-Boulevard National, le Groupe de défense des intérêts du quartier des Long Boyaux, le Comité d’intérêt local du Hameau de Buzenval.

Le Comité des fêtes de la place de l’église et des rues adjacentes :


20_acrm_1i20.jpg - <p class="description">ACRM, 1I20 : Lettre du Comité des fêtes de la place de l’église et des rues adjacentes à  M. le Maire Neveu, demande de subvention pour les fêtes de 4 au 19 juillet 1936, 16 juin 1936</p>

ACRM, 1I20 : Lettre du Comité des fêtes de la place de l’église et des rues adjacentes à M. le Maire Neveu, demande de subvention pour les fêtes de 4 au 19 juillet 1936, 16 juin 1936


 

 

 


Le Groupe de Défense des intérêts  des Quartiers Nord de Rueil-Malmaison, dont le siège social est 118 avenue du chemin de fer :


21_acrm_2i17.jpg - <p class="description">ACRM, 2I17, lettre de M. Jacques LOBROT, président du Groupe de Défense des intérêts des Quartiers Nord de Rueil-Malmaison  au Maire, demande d'audience au sujet de l'édification prochaine de l’école des Trianons, 3 octobre 1935</p>

ACRM, 2I17, lettre de M. Jacques LOBROT, président du Groupe de Défense des intérêts des Quartiers Nord de Rueil-Malmaison au Maire, demande d'audience au sujet de l'édification prochaine de l’école des Trianons, 3 octobre 1935


 

 

 


Le Syndicat d'initiative de Défense des intérêts du Plateau :


22_acrm_2i17_1.jpg - <p class="description">ACRM, 2I 17 : lettre du Syndicat d'initiative de Défense des intérêts du Plateau  au Maire avec liste des « revendications », 5 mai 1945</p>

ACRM, 2I 17 : lettre du Syndicat d'initiative de Défense des intérêts du Plateau au Maire avec liste des « revendications », 5 mai 1945

22_acrm_2i17_2.jpg - <p class="description">ACRM, 2I 17 : lettre du Syndicat d'initiative de Défense des intérêts du Plateau  au Maire avec liste des « revendications », 5 mai 1945</p>

ACRM, 2I 17 : lettre du Syndicat d'initiative de Défense des intérêts du Plateau au Maire avec liste des « revendications », 5 mai 1945


 

 

 


Tout ceci est en relation directe avec l'essor des Fêtes de quartier : les fêtes des Petits Champs, les fêtes enfantines du quartier des Chaillés, les fête des quartiers des Houtraits, bas rosiers et hauts-rosiers, les fêtes annuelles de la Commune Libre du Plateau (dont le slogan est « Bonté, gaîté, solidarité »).


23_mhl.jpg - <p class="description">MHL, photographie des Fêtes de la Commune libre du Plateau, années 1930</p>

MHL, photographie des Fêtes de la Commune libre du Plateau, années 1930

24_mhl.jpg - <p class="description">MHL, carte d'adhérent de la Commune Libre du Plateau de Mme Pierette Gérard, 1944</p>

MHL, carte d'adhérent de la Commune Libre du Plateau de Mme Pierette Gérard, 1944


25_acrm_1i27.jpg - <p class="description">ACRM, 1I27 : Compte rendu de l'assemblée générale de la commune libre du Plateau, 30 juillet 1938</p>

ACRM, 1I27 : Compte rendu de l'assemblée générale de la commune libre du Plateau, 30 juillet 1938


26_acrm_1i20_1.jpg - <p class="description">ACRM, 1I20 : Lettre et ci-joint le programme de la Fête de la Commune Libre du Plateau, envoyés à M. Le Maire Neveu, 26 juin 1936</p>

ACRM, 1I20 : Lettre et ci-joint le programme de la Fête de la Commune Libre du Plateau, envoyés à M. Le Maire Neveu, 26 juin 1936

26_acrm_1i20_2.jpg - <p class="description">ACRM, 1I20 : Lettre et ci-joint le programme de la Fête de la Commune Libre du Plateau, envoyés à M. Le Maire Neveu, 26 juin 1936</p>

ACRM, 1I20 : Lettre et ci-joint le programme de la Fête de la Commune Libre du Plateau, envoyés à M. Le Maire Neveu, 26 juin 1936


 

 

 


Les associations éducatives

Les lois Jules Ferry de 1881 et 1882 rendent l’instruction primaire obligatoire pour les garçons et filles âgés de 6 à 13 ans. Ainsi, passé cet âge, des sociétés se créent pour prendre le relais. Par exemple : l'Association amicale des anciennes élèves de l'école publique des jeunes filles, fondée en 1922, dont le but est de « maintenir les liens d'amitié entre les élèves, de continuer l’œuvre de l’école dans des réunions instructives et amusantes qui entretiennent des relations utiles et agréables, de contribuer à la prospérité de l’école, de prêter aide et assistance aux sociétaires dans le besoin ». Leur siège social est à l’École des Jeunes filles, place de la Réunion. Des cours sont organisés pour les jeunes filles de plus de 13 ans : broderie, dessin d'ornement, littérature, couture, anglais, comptabilité, sténographie, enseignements général/préparation au CEP.


27_2i16_1.jpg - <p class="description">2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922</p>

2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922

27_2i16_2.jpg - <p class="description">2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922</p>

2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922


27_2i16_3.jpg - <p class="description">2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922</p>

2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922

27_2i16_4.jpg - <p class="description">2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922</p>

2I16 : statuts de l'Association amicale des élèves et anciennes élèves de l’école publique des Jeunes filles, 1922


 

 

 


L'Association amicale des anciens élèves de l'école et du groupe complémentaire de Rueil, fondé en 1899, elle, aide les jeunes adultes à trouver un emploi.


28_2i16_1.jpg - <p class="description">2I16 : rapport sur la situation morale de l'Association amicale des anciens élèves des écoles et du cours complémentaire de Rueil, assemblée générale du 29 octobre 1920</p>

2I16 : rapport sur la situation morale de l'Association amicale des anciens élèves des écoles et du cours complémentaire de Rueil, assemblée générale du 29 octobre 1920

28_2i16_2.jpg - <p class="description">2I16 : rapport sur la situation morale de l'Association amicale des anciens élèves des écoles et du cours complémentaire de Rueil, assemblée générale du 29 octobre 1920</p>

2I16 : rapport sur la situation morale de l'Association amicale des anciens élèves des écoles et du cours complémentaire de Rueil, assemblée générale du 29 octobre 1920


 

 

 


L'Association d'enseignement populaire (1864) s'adresse aux adultes et leur propose une instruction grâce à des conférences, des lectures et des cours divers : radiotélégraphie et radiotéléphonie, sténographie, histoire et géographie, anglais diction, sciences physiques et naturelles, dessin d'ornement, géométrie, comptabilité, arboriculture fruitière, musique instrumentale, solfège et musique vocale, littérature française. Elle dispose d'une Bibliothèque dont les ouvrages sont prêtés aux membres.


29_r115.jpg - <p class="description">R1/15 : statuts de l’association d’Enseignement Populaire, 1866</p>

R1/15 : statuts de l’association d’Enseignement Populaire, 1866

30_r124.jpg - <p class="description">R1/24 : statuts de l’association d’Enseignement Populaire, 1893</p>

R1/24 : statuts de l’association d’Enseignement Populaire, 1893


31_r124.jpg - <p class="description">R1/24 : statuts de l’association d’Enseignement Populaire, 1906</p>

R1/24 : statuts de l’association d’Enseignement Populaire, 1906

32_r115.jpg - <p class="description">R1/15 : invitation à la conférence « Richelieu, auteur dramatique et ses collaborateurs », de M. Le docteur Launay, 5 mars 1882</p>

R1/15 : invitation à la conférence « Richelieu, auteur dramatique et ses collaborateurs », de M. Le docteur Launay, 5 mars 1882


 

 

 


Conclusion de la 1ère partie

Ces « années folles » rueilloise ne faiblissent qu'à l'aube de la seconde guerre mondiale. Nous vous donnons rendez-vous dans 15 jours pour découvrir le 2è volet de nos « En lumière » consacrés aux associations.



Etat civil

archives_rueil_2013_03_08_070.jpg Archives Rueil 2013 03 08 070.jpg
Actes en ligne

Effectuez vos recherches généalogiques en ligne dans les registres paroissiaux et d'état civil (1640-1916).


Recensements

Découverte Découverte
Consulter les registres

Consultez les registres de recensement généraux de la population (1872-1911).


En lumière

Découvrez les trésors des Archives communales

Tous les mois, découvrez un nouveau trésor provenant des fonds des Archives communales de Rueil-Malmaison.