En lumière

Les Rueillois associés, 3eme partie : de nouvelles motivations (1980-aujourd'hui)

Les associations sont les témoins des époques et des lieux. Au début des années 1970, la France est frappée par la crise économique, qui entraîne fatalement une crise de la solidarité et du caritatif. Les associations rueilloises ne disparaissent pas pour autant. Certaines se maintiennent, de nouvelles voient le jour. Elles se font l'écho des nouvelles préoccupations des habitants. En 1983, on ne compte encore pas moins de 400 associations répertoriées à Rueil.



Par Julie VAVON,

Archiviste


2_6.jpg - <p class="description">2Fi 636 : Affiche « Le village des associations, gymnase Alain Mimoun », 4 avril 1987</p>

2Fi 636 : Affiche « Le village des associations, gymnase Alain Mimoun », 4 avril 1987

1_2.jpg - <p class="description">2Fi 5 : Affiche « Journée porte ouverte sur les associations de Rueil-Malmaison », 30 janvier 1982.</p>

2Fi 5 : Affiche « Journée porte ouverte sur les associations de Rueil-Malmaison », 30 janvier 1982.


3.jpg - <p class="description">2Fi 686 : Affiche « Village des associations, gymnase Alain Mimoun », 11 février 1989</p>

2Fi 686 : Affiche « Village des associations, gymnase Alain Mimoun », 11 février 1989

4.jpg - <p class="description">2Fi 727 : Affiche « Village des associations, gymnase Alain Mimoun », 9 février 1991</p>

2Fi 727 : Affiche « Village des associations, gymnase Alain Mimoun », 9 février 1991


5.jpg - <p class="description">2Fi 1221 : Affiche Le village des associations, Parc de Bois-Préau, 30 septembre-1er octobre 2000</p>

2Fi 1221 : Affiche Le village des associations, Parc de Bois-Préau, 30 septembre-1er octobre 2000

 

 


 

 


I. Qu'en est-il des associations dites historiques ?

Celles qui ont se maintiennent dans le paysage associatif rueillois

Les patronages et mutualités créées durant le XIXe siècle ont disparu. Les associations d'anciens combattants sont, pour leur part, encore là. Elles sont présentes durant les différentes commémorations militaires (8 mai, 11 novembre, etc.). Les guerres dites d'indépendance des années 1950-1960 renforcent la volonté d'un « devoir de mémoire ». On en dénombre 21 en 1982.


7.jpg - <p class="description">2Fi 1547 : Affiche « Journée nationale d’hommage aux « morts pour la France » de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie », 5 décembre 2004</p>

2Fi 1547 : Affiche « Journée nationale d’hommage aux « morts pour la France » de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie », 5 décembre 2004

 

 


 

 


Les groupes régionaux résistent bien également. On retrouve dans les années 1990-2000, l'Amicale des Bretons, l'Amicale Lou Pais, l'Amicale du Massif central, l'Amicale des Méditerranéens, l'Amicale des Pyrénéens, le Cercle celtique, ainsi que Lo Crouzado.


Les associations de quartiers : les villages de Rueil-Malmaison

Les associations de quartiers font encore partie du décor. Rueil se divisant naturellement en 8 quartiers, la ville se dote de Conseils de quartiers, véritables instances de la démocratie locale, qui établissent un dialogue entre la population et les élus. Chaque quartier fonde sa propre association, afin de défendre ses intérêts et sa qualité de vie. Ces dernières alimentent fortement la vie locale et la vie festive des villages. La « République de Buzenval » organise tous les ans sa Fête des Vendanges au cours du mois d'octobre ; le quartier Martinets, son marché aux trouvailles ; le Plateau sa kermesse.


8.jpg - <p class="description">2Fi 870 : Affiche « Marché aux trouvailles, Conseil de quartier Martinets », 19 juin 1994</p>

2Fi 870 : Affiche « Marché aux trouvailles, Conseil de quartier Martinets », 19 juin 1994

9.jpg - <p class="description">2Fi 945 : Affiche « Buzenval en fête, fête des vendanges », 13 octobre 1996</p>

2Fi 945 : Affiche « Buzenval en fête, fête des vendanges », 13 octobre 1996


 

 


Les associations des commerçants se regroupent eux aussi par quartier. Ceux du Centre Albert Ier, ceux du centre-ville, de la rue du Gué, de la Plaine Gare, du Plateau, etc. Ils sont les instigateurs de la fête du commerce, dès 1992.


S'y ajoutent des « comités locataires-propriétaires » par résidence : celui des Cyclamens, de l'Arsenal, des Bons Raisins, des Bulvis, du groupe Camille Saint-Saëns, du Clos des terres rouges, de la Résidence Les Godardes, de La Lutèce, des Gibets, de La Plaine. Les statuts de l'association du Clos des Terres Rouges en date de 1968 stipulent « se donne pour but d’organiser la défense des intérêts des locataires sur toutes questions concernant le problème de l'habitat et de l'urbanisme (…) la défense du foyer, sécurité de la famille et prestations équipements énergétiques, mutations, échanges, créations d’œuvres sociales, fêtes, activités culturelles, artistiques, sportives, éducations populaires et aussi de susciter auprès des pouvoirs publics la construction d'HLM modernes ou d’immeubles de types économiques et l’aménagement de terrains de jeux ».


Par phénomène de mimétisme, la Mairie se pourvoit d'un service de l'habitat collectif en lien avec ces comités de quartiers et de résidences. Il tente de résoudre les problèmes qui peuvent se poser : la vie en habitat collectif, la cohabitation, la sécurité, l'animation des quartiers, les problèmes de charges et des loyers, les travaux, etc. Se forment aussi, à partir des années 1980, les Rencontres Amitiés Inter quartier (RAIQ) initiées par Mme Giordano, ainsi que les « 13 clubs ».


10.jpg - <p class="description">2Fi 10 : Affiche des Rencontres Amitié Inter-Quartiers (RAIQ) : quelques artistes vous présentent leurs œuvres, au théâtre André Malraux, du mardi 9 au 30 juin 1981.</p>

2Fi 10 : Affiche des Rencontres Amitié Inter-Quartiers (RAIQ) : quelques artistes vous présentent leurs œuvres, au théâtre André Malraux, du mardi 9 au 30 juin 1981.


 

 


On est ici devant un tout nouveau enjeu social : le bien vivre ensemble au sein d'une commune qui a beaucoup évolué depuis 1945, devenant une grande ville densément peuplée, une « commune champignon », disparate, mélange de sites ruraux et urbains, de zones pavillonnaires et d’HLM. Ces associations de quartiers sont alors créées dans le but de préserver la qualité de l’environnement, de la qualité de vie rueilloise. Elles veillent à la reconquête des espaces pour les piétons, à la plantation d'arbres, à l'érection de lieux de détente comme des squares, à la qualité de l'eau et de l'air, au traitement des déchets urbains. Une Association rueilloise pour la qualité de la vie voit d’ailleurs le jour au début des années 1990.


11.jpg - <p class="description">2Fi 1216 : Affiche « Roulez propre en sécurité, Association rueilloise pour la qualité de la vie, parking école Alphonse Daudet », 21 mai 2000</p>

2Fi 1216 : Affiche « Roulez propre en sécurité, Association rueilloise pour la qualité de la vie, parking école Alphonse Daudet », 21 mai 2000


 

 


II. Les nouvelles associations

Les associations culturelles

Les associations de divertissements et/ou de jeunesse des années 1950 ont subi la crise économique de plein fouet. Seuls Amitiés laïques (encore 1200 adhérents au début des années 70), et le Floréal se maintiennent. Cependant, on note la présence de nouvelles associations culturelles. Une Société des Beaux-Arts est créée fin 1968. Elle élabore tous les ans un salon recevant environ 350 visiteurs.


12_1_1.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre de la Société des Beaux-arts de Rueil-Malmaison à M le Maire lui adressant le procès-verbal de leur Assemblée Générale, 21 janvier 1970</p>

R1/55 : Lettre de la Société des Beaux-arts de Rueil-Malmaison à M le Maire lui adressant le procès-verbal de leur Assemblée Générale, 21 janvier 1970

12_2_1.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre de la Société des Beaux-arts de Rueil-Malmaison à M le Maire lui adressant le procès-verbal de leur Assemblée Générale, 21 janvier 1970</p>

R1/55 : Lettre de la Société des Beaux-arts de Rueil-Malmaison à M le Maire lui adressant le procès-verbal de leur Assemblée Générale, 21 janvier 1970


12_3_1.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre de la Société des Beaux-arts de Rueil-Malmaison à M le Maire lui adressant le procès-verbal de leur Assemblée Générale, 21 janvier 1970</p>

R1/55 : Lettre de la Société des Beaux-arts de Rueil-Malmaison à M le Maire lui adressant le procès-verbal de leur Assemblée Générale, 21 janvier 1970

13_5.jpg - <p class="description">2Fi 739 : Affiche « XIXe salon de la société des beaux-arts,  salle Richelieu », 2-17 novembre 1991</p>

2Fi 739 : Affiche « XIXe salon de la société des beaux-arts, salle Richelieu », 2-17 novembre 1991


 

 


La Société historique de Rueil-Malmaison est fondée en 1973 par M. André Mantois, ancien adjoint au Maire de Rueil-Malmaison. Elle a pour but de poursuivre l'étude de l'Histoire de la ville. Elle édite tous les ans un bulletin consacré aux travaux réalisés par certains de ses membres et des ouvrages. Dès ses débuts, elle organise des conférences, expositions, visites commentées, des concerts au Musée d'Histoire locale. L'association revendique 634 adhérents en 1990, ce qui la place en tête des sociétés à Rueil.


La Société philatélique (SPRM - 1968) est une société rueilloise ayant pour dessein la recherche, l'étude et l'échange de cartes postales. Elle monte tous les ans des expositions philatéliques et le salon de la Carte Postale et des papiers anciens depuis 1995.


15_1_1.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.</p>

R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.

15_2_1.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.</p>

R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.


15_3_1.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.</p>

R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.

15_4_1.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.</p>

R1/55 : Lettre de M. FRICOTEL, pharmacien et président de la SPRM informant M. le Maire de la création de la société, 19 juin 1969.



16.jpg - <p class="description">2Fi 925 : 1er salon de la Carte postale et des papiers anciens, ATRIUM, 5 mai 1995</p>

2Fi 925 : 1er salon de la Carte postale et des papiers anciens, ATRIUM, 5 mai 1995


 

 


Depuis leur création il y a plus de trente ans, Les amis du Jumelage organisent des voyages et des échanges avec les villes jumelles de Rueil-Malmaison mais aussi des manifestations culturelles.


En terme d'associations musicales, on retrouve, en cette fin de XXe siècle, l'Association des majorettes, l'Association Harmonie des Cadets, Les Musicoliers (cours d'initiation musicale dans les écoles primaires et maternelles) ou encore l'Association des accordéonistes (fondée en 1971).


17_1.jpg - <p class="description">2Fi 393 ; Affiche «Soirée musicale et folklorique organisée par le Symphonic Accordéon Club de Rueil-Malmaison, Centre Edmond Rostand, », 18 octobre 1980.</p>

2Fi 393 ; Affiche «Soirée musicale et folklorique organisée par le Symphonic Accordéon Club de Rueil-Malmaison, Centre Edmond Rostand, », 18 octobre 1980.


 

 


Citons pareillement Les Amis du théâtre des arts – unité loisirs de Rueil-Malmaison (1971), la Maison des Jeunes et de la culture, Rueil Inter Jeunes ou bien le Mouvement pour le développement social et culturel de Rueil, née le 27 octobre 1967. Leurs missions sont similaires : la concertation pour la promotion de l'action socio-culturelle à Rueil.


Toutes ces associations lancent un élan culturel au niveau de la Municipalité, qui s'alloue une direction des Affaires culturelles puis dès le début des années 70, de plusieurs équipements culturels : L'Espace Loisirs Arts Malmaison (ELAM) en 1973 qui deviendra 10 ans plus tard le Théâtre André Malraux (avec ses deux salles de spectacles de 730 et 240 places), le Centre culturel Edmond Rostand (1972), le cinéma baptisé Ariel, l’école des Beaux-Arts, la Bibliothèque municipale, le Conservatoire (1972), mais aussi le Musée d'Histoire locale (1982). Plus tard, l'Espace Renoir (1995) et l'Athénée (2001). Grâce à ces lieux, la ville propose à longueur d'année des événements de portée nationale comme le Festival du Film d'histoire, les concerts en plein air à la Malmaison ou les Riches heures de Rueil. La Mairie met un point d'honneur à donner aux Rueillois une offre culturelle riche et variée. La culture qui est, avec l'environnement, l’un des éléments essentiels de la qualité de vie de la richesse d'une ville.


18.jpg - <p class="description">Fi 504 : Affiche « Musée de l’histoire de Rueil-Malmaison », 1982</p>

Fi 504 : Affiche « Musée de l’histoire de Rueil-Malmaison », 1982


 

 


Les associations sportives

En ce qui concerne, les Clubs de sports, on peut déjà citer le célèbre RAC - Rueil Athlétic Club, crée le 8 avril 1910 par Marius Terrassin, Charles Moutié, Alfred Vanson, René Roze, Marcel Sempé (la plupart joueurs de l'équipe de football de club). À la base, elle a pour section le football et le tennis. Dans les années 1980, elle devient pluridisciplinaire avec l'athlétisme, le basketball, le cyclisme, la gymnastique et gymnastique harmonique, l'haltérophilie, le handball, la lutte, la natation, le rugby, le volley-ball. En 1993, elle ne comporte pas moins de 2500 adhérents.


21.jpg - <p class="description">R1/55 : Petit calendrier sportif du RAC 1968-1969</p>

R1/55 : Petit calendrier sportif du RAC 1968-1969

22.jpg - <p class="description">R1/55 : Lettre du RAC demandant la location de cars municipaux à M. Le maire pour une compétition à Versailles se tenant le 7 février 1971, 2 février 1971.</p>

R1/55 : Lettre du RAC demandant la location de cars municipaux à M. Le maire pour une compétition à Versailles se tenant le 7 février 1971, 2 février 1971.


23.jpg - <p class="description">2Fi 706 : Affiche « 80 ans de sports avec Rueil Athlétic Club », 21-23 septembre 1990</p>

2Fi 706 : Affiche « 80 ans de sports avec Rueil Athlétic Club », 21-23 septembre 1990


 

 


Le RAC n'est pas la seule association sportive. Le guide pratique de Rueil-Malmaison de 1983 évoque également l' Aéroclub André Tesson, l'Amicale des polymuscles de la Malmaison, le Boxing club de Rueil-Malmaison, l'Olympique club rueillois de pétanque, le Pétanque club des Blanchettes, le Cercle d'escrime, le Club des pongistes, le Club de plongée, l'Étoile sportive du Mont-Valérien, le Football club de Buzenval, le Judo club de Rueil, La boule du Clos des Terres Rouges, Les nymphéas de la Malmaison, Racing club de Buzenval... En 1993, on recense 25 000 licenciés sportifs et 70 clubs au total.


24.jpg - <p class="description">R1/52 : Composition du bureau du Cercle Nautique de Buzenval, 1969</p>

R1/52 : Composition du bureau du Cercle Nautique de Buzenval, 1969

25.jpg - <p class="description">2Fi 40 : Affiche « Le Boxing-Club de Rueil-Malmaison organise, au Gymnase de la République, un Grand Gala National de boxe », 27 mars 1981</p>

2Fi 40 : Affiche « Le Boxing-Club de Rueil-Malmaison organise, au Gymnase de la République, un Grand Gala National de boxe », 27 mars 1981


 

 


Comme pour la culture, la Municipalité prend en compte cette ferveur des rueillois pour le sport et on compte à Rueil-Malmaison 6 stades, 8 gymnases, 1 piscine municipale (la Piscine des Closeaux inaugurée en 1971), 6 tennis, 1 piste pédestre, 1 piste cyclable, le centre équestre de Buzenval. Dans le même sens est créée une Commission Jeunesse et sports, qui devient l'Office municipal des sports, à l'origine de la renommée Fête des sports et loisirs.


26.jpg - <p class="description">2Fi 595 : Affiche « 12ème fête des sports et des loisirs », 7 au 16 juin 1985.</p>

2Fi 595 : Affiche « 12ème fête des sports et des loisirs », 7 au 16 juin 1985.


 

 


Les associations féminines

En Europe, l’influence méditerranéenne et orientale et par la suite le Code civil de Napoléon ont contribué à maintenir la femme dans un état d’infériorité et de sujétion par rapport à l’homme. C’est généralement suite à des guerres que se manifestent les revendications féministes. En effet, pendant la guerre, les femmes participent plus activement à la vie politique, économique et sociale. Les deux guerres mondiales, par exemple, ont vu les femmes s’organiser et prendre des initiatives. Celles-ci admettent donc difficilement de se trouver reléguées subitement dans leur ancien rôle de "femme au foyer". En France, c’est durant les années 1960 qu’on a pu assister à la création de nombreux mouvements d’émancipation des minorités (ethniques, colonisées et féminines). Dans le même temps, l’accès des femmes aux études et au travail favorise une remise en cause des rôles respectifs réservés à l’homme et à la femme.

À Rueil, ces associations féminines émergent réellement fin des années 1970 et au début des années 1980. Ces associations sont définies comme des mouvements non seulement composés dans leur totalité ou leur majorité d’effectifs féminins mais dont la femme est le sujet principal. L'objectif est la "promotion" de la femme.  Par "promotion" de la femme s’entend l’accession de la femme à un nouveau statut. Tout d'abord les associations dites éducatives et sociales dont le rôle est de fournir des renseignements sur les problèmes de la vie de la femme et de la famille. C’est-à-dire lui faciliter le rôle d’épouse et mère (et de consommatrice) qu’elle continue à jouer : crèches, aide aux femmes seules, tout en les aidant dans leurs nouveaux droits, notamment dans leur travail, mais aussi en leur apportant une formation socio-culturelle. L'association Aide aux mères est composée de professionnelles qualifiées et a pour volonté d'aider toutes les familles mises en difficulté par la naissance d'un enfant. Une action complémentaire est ensuite menée pour aider l'enfant à ses tout débuts dans la vie, ce qui permet aux mères de retrouver les forces et d'occuper un emploi fixe. S'en suit la conception du Club culturel féminin, du Centre d'information féminin (CIF) puis de l'Action sociale féminine de Rueil (ASFRM). Cette dernière, conçue en 1967, compte vingt ans plus tard 450 adhérentes. Ces deux associations proposent de multiples activités culturelles à ses adhérentes : visites, sorties, débats, jeux de sociétés, sports (cyclisme, gym, golf, tennis, natation, yoga), arts de la maison, peinture, encadrement...


27.jpg - <p class="description">R1/40 : lettre de l'ASFRM à M. Le maire, en vue de la réservation de la salle de la justice de la paix, 26 janvier 1970.</p>

R1/40 : lettre de l'ASFRM à M. Le maire, en vue de la réservation de la salle de la justice de la paix, 26 janvier 1970.

28.jpg - <p class="description">2Fi 1027 : Affiche L’Action sociale féminine de Rueil-Malmaison fête des 30 ans, salon Richelieu, 19-24 octobre 1997</p>

2Fi 1027 : Affiche L’Action sociale féminine de Rueil-Malmaison fête des 30 ans, salon Richelieu, 19-24 octobre 1997


 

 


Le deuxième pan de ces associations féminines est le mouvement de "libération" de la femme. Issue des évolutions amenées par mai 68, une nouvelle génération de jeunes femmes militantes en rupture avec les associations féminines traditionnelles, apparaît sur la scène et crée le Mouvement de libération des femmes (MLF). Leurs préoccupations sont davantage portées autour de la question de l’avortement et de la libre disposition du corps. Le Mouvement français pour le planning familial français installe une antenne et une permanence à Rueil, située dans la salle de la Justice de la Paix 25 rue du Docteur Zamenhof à partir de mai 1968. La visée étant de « recevoir et informer les personnes désirant adopter une contraception efficace ». Un docteur spécialisé en contraception consulte les rueilloises au 160 bis avenue Paul Doumer.


29_2.jpg - <p class="description">R1/55 : lettre de Suzanne Masse, secrétaire générale de la région parisienne du Mouvement français pour le planning familial à M. Le maire, 8 février 1968.</p>

R1/55 : lettre de Suzanne Masse, secrétaire générale de la région parisienne du Mouvement français pour le planning familial à M. Le maire, 8 février 1968.

 

 


 

 


Les associations à but social

La crise économique s'installe à Rueil au début des années 1970. La municipalité n'a alors de cesse de multiplier des actions afin d'endiguer les dommages. En 1979, une bourse de l'emploi et une université libre sont fondées. Elles seront regroupées dans une Maison de l'information et de l'emploi dix ans plus tard. Mais ce sont encore une fois les associations qui réagiront les premières : La Croix-Rouge française, le Secours catholique, le Secours populaire, à qui l’on doit les banques alimentaires, des vestiaires et bien d'autres opérations à but humanitaire. À Rueil, les solutions viennent aussi du Lion's Club ou du Rotary Club, qui mettent en place des collecte de vêtements.


30.jpg - <p class="description">R1/40 : Lettre de la Croix rouge française  -  comité de Rueil-Malmaison à M. Le maire pour la réservation de la salle  de la Justice de la Paix, 27 octobre 1969</p>

R1/40 : Lettre de la Croix rouge française - comité de Rueil-Malmaison à M. Le maire pour la réservation de la salle de la Justice de la Paix, 27 octobre 1969

31.jpg - <p class="description">2Fi 326 : Affiche « Croix Rouge Française, comité de Rueil-Malmaison, Cours de secourisme », 16 octobre 1979</p>

2Fi 326 : Affiche « Croix Rouge Française, comité de Rueil-Malmaison, Cours de secourisme », 16 octobre 1979


32_1.jpg - <p class="description">2Fi 918 : Affiche « Collecte de textiles organisée par le Lions Club de Rueil-Malmaison »,  8 avril 1995</p>

2Fi 918 : Affiche « Collecte de textiles organisée par le Lions Club de Rueil-Malmaison », 8 avril 1995

33.jpg - <p class="description">2Fi 1443 : Affiche  « Plan d’urgence Hiver 2003-20004 : La Mairie et les associations caritatives mettent en place un dispositif d’accueil et de soutien aux personnes les plus démunie », 2003.</p>

2Fi 1443 : Affiche « Plan d’urgence Hiver 2003-20004 : La Mairie et les associations caritatives mettent en place un dispositif d’accueil et de soutien aux personnes les plus démunie », 2003.


 

 


Chaque nouveau problème de société semble avoir alors une réponse associative. La cause de l'immigration fait éclore l’Association culturelle et humaniste, puis Solidarité Migrants Rueil (1993) : ces deux associations prodiguent des cours de français et aident leurs adhérents dans leurs démarches administratives, elles s'efforcent d'aider à l'intégration des familles immigrées dans la commune. La guerre au Liban donne naissance à Amitié Liban Île de France et Fraliance (fraternité France Liban) qui se donnent pour mission respectivement de présenter les problèmes des jeunes au Liban et d’organiser des parrainages scolaires pour des jeunes en difficulté ou orphelins. Les Restos du Cœur crées en 1985 par Coluche ouvrent une antenne à Rueil.


34.jpg - <p class="description">2Fi 1255 : Les restaurants du cœur, nouveaux locaux 12 rue des Mazurières, décembre 1999</p>

2Fi 1255 : Les restaurants du cœur, nouveaux locaux 12 rue des Mazurières, décembre 1999


 

 


Le Troisième Âge devient mêmement une grande préoccupation des années 1980-1990. La Mairie se dote d'un service troisième âge qui institue de multiples sorties pour les aînés, à partir de 1972. Sont instaurés aussi des réveillons de Noël et des repas de l'amitié annuellement.


En termes d'associations, nous retrouvons Association Soins à domicile aux personnes âgées, dont le siège social est à la Mairie. Citons également l'AJPA (association des jeunes pour les personnes âges) fondée en 1968. Il s'agit d'une cinquantaine de jeunes, entre 20 et 30 ans, qui consacrent leurs loisirs à transmettre un peu de chaleur humaine aux personnes âgées. À Noël 1987 par exemple, ils distribuent 120 colis aux personnes âgées et organisent un réveillon au gymnase des Bons Raisins, où 250 à 400 Rueillois se retrouvent autour d'un repas et d’un spectacle.


35_1.jpg - <p class="description">R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970</p>

R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970

35_2.jpg - <p class="description">R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970</p>

R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970


35_3.jpg - <p class="description">R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970</p>

R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970

35_4.jpg - <p class="description">R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970</p>

R1/53 : Rapport moral de l'Assemblée générale de l'Association Soins à domicile aux personnes âgées, 18 mars 1970


36.jpg - <p class="description">R1/53 : Lettre de l'AJPA au maire M. Pourtout lui demandant d'utiliser les locaux de l'école Robespierre pour un goûter, 4 mars 1971</p>

R1/53 : Lettre de l'AJPA au maire M. Pourtout lui demandant d'utiliser les locaux de l'école Robespierre pour un goûter, 4 mars 1971

37.jpg - <p class="description">Rueil Infos numéro 72, février 1987 page 16-17 : l'AJPA</p>

Rueil Infos numéro 72, février 1987 page 16-17 : l'AJPA




 

 


Conclusion

Depuis les années 1980, on voit que les associations rueilloises répondent aux problématiques suivantes : la préservation de la qualité de vie, la solidarité et l'accès à la culture pour tous. Leurs efforts sont bien souvent encouragés par la municipalité en place. La Mairie reste un soutien infaillible pour les différentes sociétés, en termes d'aides financières ou matérielles (location de salle). En 1990, la Mairie s'équipe d'un service des nouveaux arrivants et des associations dont le but est d'aider et d'aiguiller ceux qui souhaitent créer une association et leur faciliter les démarches. En d'autres mots, être le trait d’union avec les quelques 400 structures existantes.

Autre révélateur de la richesse associative rueilloise, la tenue annuelle du Forum des associations (1980). Le Rueil Infos numéro 62, en date de février-mars 1982 relate le succès du 3e forum des associations par ces mots : « Immense succès du 3e forum des associations (…) il était difficile de se frayer un chemin parmi la centaine de stands dans le gymnase Alain Mimoun pour le 3e forum des associations. Des milliers de personnes sont en effet venus à ce rendez-vous traditionnel de la vie associative ».


Pour aller plus loin

  • M. OFFERLE, Sociologie des groupes d’intérêts, Paris, Montchrestien, 1994.
  • E. NEVEU, Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, coll. Repères, 1996.
  • SPANOU, Fonctionnaires et militants – l’administration et les nouveaux mouvements sociaux, L’Harmattan, coll. logiques politiques, 1991.
  • S. DAUPHIN, “Les associations de femmes et les politiques d’égalité en France : des liens ambigus avec les institutions”, Pyramides, 6, 2002


Etat civil

archives_rueil_2013_03_08_070.jpg Archives Rueil 2013 03 08 070.jpg
Actes en ligne

Effectuez vos recherches généalogiques en ligne dans les registres paroissiaux et d'état civil (1640-1916).


Recensements

Découverte Découverte
Consulter les registres

Consultez les registres de recensement généraux de la population (1872-1911).


En lumière

Découvrez les trésors des Archives communales

Tous les mois, découvrez un nouveau trésor provenant des fonds des Archives communales de Rueil-Malmaison.