Croyances funéraires

Les Dieux Egyptiens

Les dieux égyptiens trouvent leurs origines dans l'observation de l'environnement naturel, notamment celle des animaux. A la fin de l'époque prédynastique, les représentations montrent des animaux agissant comme des humains.

Le panthéon égyptien se compse de divinités principales, vénérées sur tout le territoire (Amon, Osiris, etc.) et de divinités locales. Un même dieu peut avoir plusieurs aspects (humain, zoomorphe ou hybride). Les épithètes des dieux permettent de mettre en avant leurs différents attributions. Les Egyptiens avaient également pour habitude de créer de nouveaux dieux en associant plusieurs d'entre eux. C'est le cas de Ptah-Sokar-Osiris, issu du syncrétisme de trois divinités.

Les dieux partagent nombre de similitude avec les humains : ils mangent, parlent, rient, pleurent, s'énervent et meurent. Ils acquièrent ainsi une véritable personnalité. Ils peuvent être associés en groupes numériques (les quatre fils d'Horus protégeant les viscères) ou familiaux (la triade Isis, Osiris, Horus).

Si les temples, espaces sacrés réservés au clergé et au roi, sont les lieux de culte principaux, les Egyptiens honorent également certaines divinités dans le cadre domestique. La piété personnelle est également très répandue : les Egyptiens se placent sous la protection d'une divinité en portant des bijoux et amulettes à son effigie.

L'intermédiaire privilégié entre les hommes et les dieux était Pharaon, incarnation du dieu Horus sur Terre. C'est à la fois le chef de l'Etat et le chef du Clergé. Le lien entre le roi et les dieux est visible par le partage d'attributs : trône, couronne, uraeus, bâton et sceptre.



Osiris

Statuette du Dieu Osiris
Statuette du Dieu Osiris

Premier souverain du monde des vivants, son mythe explique l'importance de la conservation des corps chez les Egyptiens.

Habituellement représenté comme un homme à la peau verte ou noire, il est figuré dans sa gaine momiforme debout ou assis sur un trône, tenant le sceptre héqa et le flagellum, insignes de la royauté. Il porte le plus souvent la couronne blanche de Haute Egypte, en souvenir de ses origines géographiques.

Il est vénéré dans l'ensemble de l'Egypte, notamment dans les villes où les morceaux de son corps ont été retrouvés par Isis et confiés à Anubis qui confectionna la première momie. Son sanctuaire principal est à Abydos, où sa tête fut découverte.

Souverain du monde des morts, il préside le tribunal qui déclare les âmes des défunts "justes de voix", leur permettant d'accéder à l'immortalité.

 

Statuette du dieu Osiris

Bronze

Egypte, troisième période intermédiaire, 25e dynastie

H. 20,8 cm, l. 5,3 cm

 

Cette remarquable statuette présente Osiris portant la couronne blanche, la barbe postiche et un large collier. Ses mains jaillissent de sa gaine pour tenir ses insignes de pouvoir, le flagellum et le sceptre heqa (aujourd'hui disparu).

Coll. Galerie Gilgamesh, Paris


Statue de Ptah-Sokar-Osiris au nom d'Iret-Hor-Rou

Statue de Ptah-Sokar-Osiris au nom d'Iret-Hor-Rou

Bois stuqué peint

Egypte, Thèbes, Basse Epoque, 26e dynastie

H. 46 cm

 

Cette statue de Ptah-Sokar-Osiris est un élément caractéristique du mobilier funéraire, particulièrement à l'époque tardive. Elle représente une divinité momiforme résultant du syncrétisme de trois dieux : Ptah, Sokar et Osiris. Elle assure la résurrection du défunt et la protection de son corps dans l'au-delà.

La statue représente une figure momiforme coiffée d'une perruque tripartite, debout sur une base quadrangulaire. Le dieu porte un collier ousekh à huit rangs, recouvrant une grande partie de la poitrine. Une perruque tripartite striée et une barbe postiche encadrent le visage.

L'objet a été enduit d'une couche de stuc qui a reçu une décoration polychrome. Une colonne de texte hiéroglypique, dont le début est aujourd'hui illisible, nous renseigne sur le propriétaire, un certain Iret-Hor-Rou. Il est probable que cette statuette vienne de la région thébaine, car ce nom est bien connu de la fin de la troisième période intermédiaire à l'époque saïte.

Les statues de Ptah-Sokar-Osiris étaient parfois creuses afin d'accueillir un papyrus ou un simulacre de momie.

Coll. particulière


Isis

Statuette d'Isis allaitant le dieu Horus
Statuette d'Isis allaitant le dieu Horus

Soeur et épouse d'Osiris, elle collecte les morceaux de son corps dispersés à travers l'Egypte et le ressucite par la magie. Mère et protectrise d'Horus, qui gouverne après avoir vengé son père, elle est également associée à la royauté par le trône utilisé pour écrire son nom.

On lui attribue l'épithète "Grande de magie" car la magie est au coeur de ses actions. Elle est invoquée pour soigner, protéger et aider les enfants.

Traditionnellement représentée comme une femme vêtue d'une robe longue avec une ceinture à pans longs (dans laquelle le noeud Tit trouve son origine), elle porte sur la tête des cornes de vaches enserrant le disque solaire à partir du Nouvel Empire.

Son sanctuaire principal est à Philae, une île proche d'Assouan. Il fut construit à l'époque ptolémaïque. Divinité populaire, son culte se répand dans tous l'Empire romain, de l'Irak à l'Angleterre, et perdure jusqu'au VIe siècle ap. J.C.

 

Statuette d'Isis allaitant le dieu Horus

Argent, bois

Egypte, Basse Epoque

H. 14 cm, l. 9 cm

Cette statuette en argent a été réalisée en deux morceaux assemblés par un système de tenon et de mortaise.

Coll. Galerie Cybèle, Paris


Horus

Partie supérieure d'une statuette du dieu Horus
Partie supérieure d'une statuette du dieu Horus

Fils d'Isis et Osiris, Horus fut élevé dans les marécages du Delta du Nil, dans l'esprit de vengeance de son père assassiné par son oncle Seth. Il reprend le trône de son père après de longs combats contre Seth. Le Pharaon est considéré comme l'incarnation terrestre d'Horus.

Horus est représenté sous la forme d'un homme à tête de faucon ou d'un faucon portant la double couronne. Dieu régnant sur le ciel, son oeil droit est le soleil et son oeil gauche est la lune. L'oeil Oudjat est une représentation de son oeil gauche, blessé pendant son combat contre Seth et soigné par le dieu Thot, dieu de la médecin et de l'écriture.

Son temple principal est à Edfou. Construit à l'époque ptolémaïque, c'est actuellement le temple le mieux conservé d'Egypte.

 

Partie supérieure d'une statuette du dieu Horus

Bronze

Egypte, Basse Epoque

L. 7 cm

 

Ici, le dieu Horus est représenté sous l'apparence d'un faucon portant la couronne de la Haute et Basse Egypte.

Coll. particulière



Etat civil

archives_rueil_2013_03_08_070.jpg Archives Rueil 2013 03 08 070.jpg
Actes en ligne

Effectuez vos recherches généalogiques en ligne dans les registres paroissiaux et d'état civil (1640-1907).


Recensements

Découverte Découverte
Consulter les registres

Consultez les registres de recensement généraux de la population (1872-1911).